Pages Jaunes : c’est Maville.com et la PQR qui vont être content !

Pages Blanches, Pages Jaunes : 3,5 millions d’établissements,  500.000 annonceurs. Pages Jaunes est dans le monde, en 6ème position en terme de revenus sur l’Internet.

Un des leaders qui va s’attaquer au marché local en s’appuyant sur une stratégie web 2.0. La vieille garde n’a qu’à bien se tenir…

Source : Jean Michel Billaut

Publicités

Hyperlocal : les acteurs

Eco-système hyperlocal

Image by Minh Uong/The New York Times.

Le classement du Digital Media Center me semble pertinent et peut être la base d’une segmentation des sources d’information locales.

Source : Digital Media center
1. MEDIAS TRADITIONNELS
2. COMMUNAUTES
3. MICRO LOCAL ET INFORMATION LOCALE TEMPS REEL
4. SYSTEMES D’INFORMATION LOCALE ET OPEN DATA
5. NICHE THEMATIQUE
6. NICHE LOCALE
7. MINI SITES
8. AGGREGATEURS

La pérénnité du support papier est un mythe

Voici le graphique qui devrait faire peur à la presse française.

La diffusion des journaux américains chute, et entraîne dans le même mouvement la faillite d’un nombre croissant de titres.

courbe des ventes des journaux américains

courbe des ventes des journaux américains

Le Rocky Mountain News vient de mettre la clé sous la porte. Tout un symbole.  Ce titre est l’un des plus vieux quotidiens américains. Il a été fondé en 1859, à Denver dans le Colorado pour un tirage de plus de 200 000 exemplaires pour l’agglomération de Denver, qui compte 2,8 millions d’habitants.

Il est le symbole de la difficulté actuelle de la presse quotidienne américaine. 33 titres sont en grande difficulté. Les plus illustres ne sont pas épargnés. Le New York Times a hypothéqué son siège social. Le San Francisco Chronicle, avec 400 000 exemplaires, est menacé, ce qui pourrait faire de San Francisco la première grande ville sans quotidien local.

Le Los Angeles Times (900 000 exemplaires) et le  Chicago Tribune (650 000 exemplaires) se sont déclarés en faillite.

Le paysage de la presse outre atlantique révèlait une grande vitalité : 1 500 quotidiens, qui impriment 56 millions d’exemplaires. 114 d’entre eux tirent à plus de 100 000 exemplaires, une dizaine a plus de 500 000.Les deux grands quotidiens sont  USA Today, avec un tirage de 2 281 000, et le Wall Street Journal, avec un peu plus de 2 millions d’exemplaires.  Le New York Times, 1 120 000 exemplaires, est un journal régional . Ce sont eux qui sont les plus menacés.

Que restera t’il après la crise ?

Le blog de Paul Gillin « Newspaper Death Watch » a pour seul sujet de commenter la disparition de cette presse régionale.

En France selon une Etude ZenithOptimedia la presse quotidienne et magazine va continuer de décliner en 2010 et 2011.

Le web et les médias sociaux sont pointés du doigt. Est ce suffisant ?

Bob Woodward du Washington Post pointe une perte de crédibilité des journaux, leur manque d’engagement et d’indépendance au niveau national et local.

Cela n’explique qu’une partie de cette désaffection.

Les médias traditionnels absent des territoires numériques

L’absence des journaux locaux de la nouvelle sphère internet de la démocratie locale et des initiatives de proximité les prive à la fois de la « génération Y » qui leur fait tant défaut et des relais nécessaires pour s’inscrire au coeur des nouveaux débats et  des préoccupations quotidiennes des internautes, c’est à dire des citoyens.

L’impact de ces disparitions sur la démocratie locale, sur l’engagement des citoyens dans la vie locale est à ce jour patent et suscite, à juste titre, des inquiétudes. Mais un nouveau paysage médiatique émerge,  plus concentré sous certains aspects, car aux mains de grands groupe nationaux ayant diversifié leurs supports, plus atomisé sous d’autres avec l’émergence d’une segmentation plus importante des centres d’intérêt et des communautés.

Le modèle traditionnel d’un média unique s’adressant à tous sur un bassin géographique donné a vécu. Il va devenir de moins en moins signifiant.

L’atomisation des sources d’information qui vont prendre le relai  , leur indépendance, leur crédibilité n’est pas encore assuré.

Les journaux traditionnels ont encore une carte à jouer, à la seule condition de revoir totalement leur modèle économique et leurs perspectives de croissance.

A périmètre économique constant le marché n’est pas tenable : Le Rocky Mountain News vient de l’apprendre, à ses frais.

———————

A lire :

Courrier International : « La démocratie peut elle survivre sans journaux ? »

RFI : « La presse écrite traverse la plus grave crise de son histoire »

El Watab : « Les journaux américains se meurent »