Eyedea ne répond plus …

La célèbre agence photo est à terre

En 2004 en Irak, sous l’objectif de Frédéric Lafargue, deux marines transportent le corps d’un de leurs camarades, tué dans les combats pour le contrôle de Falloujah. Photo Frédéric Lafargue/Eyedea

Eyedea qui regroupe regroupe huit agences de presse et banques d’images Gamma, Rapho, Hoa-qui, Jacana, Explorer, Top, Keystone et Stills va déposer le bilan.

Triste nouvelle.

Triste nouvelle pour la presse. Le dépôt de bilan d’Eyedea est d’abord la marque du déclin des supports de presse « traditionnels ». Sans contenus, leur destin semble scellé.

Triste nouvelle pour la pluralité des sources d’information. La photographie d’auteur est un garant d’une diversité des regards sur le monde. Nous sommes abreuvé d’images mais le poids de la photo est une réalité que nous ne pouvons nier. La photographie arrête le temps, imprime notre cerveau de l’évènement. Cette image d’un homme faisant stopper les chars sur la place Tian’an men s’est inscrite dans notre inconscient collectif. Allons nous priver du regard de ces grands photographes ?

Triste nouvelle pour le monde de la photographie. L’oeil public, Gamma , autant de contributeurs du monde de l’image qui disparaissent, laissant la place vide. La photographie va t’elle se cantonner désormais à l’illustration, aux banques d’images d’utilisateurs, aux agences filaires.

La photographie participe à l’information. La limiter à un effet de mise en page ne présage pas d’un renouveau des média. Elle offre pourtant des modes narratifs surprenants, des points de vue percutants sur lesquels la presse en manque de réussite devrait s’appuyer. Le mouvement est cependant en marche, inéluctable, et d’autres agences devraient en pâtir dans les années à venir. Les agences les plus prestigieuses ne sont pas à l’abri.

En se croyant audessus, audelà, d’une approche économique de leur activité les agences les plus prestigieuses se mettent en péril. Faute d’équilibrer leur déontologie et leur activité entre marché et démarche artistique les agences ne bouclent plus leur fin de mois. Magnum, par exemple, a fortement réduit ses effectifs sans pour autant réussir à se réorganiser de manière rationnelle  pour épurer ses dettes et s’adapter aux contraintes du 21eme siècle. Certaines agences sont des mastodontes, un patrimoine qui a survécu , faisant fi du Darwinisme ambiant.  Magnum existe encore, pour combien de temps ?

En savoir plus :

Le Monde : Eyedea, propriétaire de l’agence Gamma, s’apprête à déposer le bilan

Paris Match : Peut-on sauver le soldat Gamma ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s