Cityguide et contributions des internautes – Maville : retour d’expérience

Le web 2.0 semble parfois une évidence. Mais les contributions des internautes apportent elles du sens supplémentaire à un article, enrichissent elles le débat ? Erwan Alix, journaliste Maville nous fait partager son expérience.

« Web local : les contributions pour hiérarchiser l’info ?

Depuis peu sur Maville.com, les internautes peuvent commenter n’importe quel article. Je n’y avais pas pensé, mais cela constitue un excellent outil de veille pour repérer les infos importantes localement.

La brève annonçant le décès d’un prêtre malouin a immédiatement généré des réactions d’internautes. La qualité de ces avis apporte d’ailleurs beaucoup de valeur à l’information.
Une des voies de rentabilité d’un service web hyperlocal est la constitution d’un réseau de variations locales, avec une gestion en partie centralisée. Mais comment savoir quand on gère 30 city-guides depuis Rennes, non seulement ce qui se passe mais ce qui est important localement pour les habitants de Brest, de Cholet, d’Alençon ? A Maville.com, c’est une des problématiques qui se posent à nous quotidiennement.

Nous avons la chance d’avoir le réseau des journalistes et correspondants d’Ouest-France pour alimenter nos 29 villes de l’Ouest, et c’est un allié puissant. Mais ce n’est pas toujours suffisant, et nous passons souvent à côté de sujets qui pourraient avoir une meilleure destinée en ligne.

Depuis novembre, nous avons – enfin – permis aux internautes de Maville de réagir à tout article sur le site, avec une modération a priori. Auparavant, ils ne pouvaient donner leur avis que sur quelques questions posées par la rédaction. Ce n’est pas encore suffisant mais c’est un pas important. Cela a été long à venir, car laisser libre cours aux commentaires sur des articles d’Ouest-France posait souci : crispation pour les journalistes du quotidien, et gêne pour nous à devoir traiter des critiques concernant un travail qui n’est pas le nôtre. Mais ça se passe très bien, en fait ! Ça pourra faire l’objet d’un prochain billet.

Or donc, les internautes de Maville peuvent désormais l’ouvrir sous chaque article. Ils ne se privent pas et c’est tant mieux. Le but de la manœuvre était tout simplement d’augmenter l’interactivité sur nos sites, être un peu plus 2.0 et moins minitel, et préparer le terrain pour un avenir de plus en plus contributif.

Il y a un autre intérêt – immédiat – à cette opération. Outre le fait que l’on peut évidemment y pêcher des infos ou des témoignages, ces prises de parole des internautes sont un excellent indicateur d’intérêt pour un sujet. Les infos que nous diffusons sur nos sites ont déjà été perçues et traitées par un journaliste (le localier d’Ouest-France ou la rédaction Maville), mais les contributions d’internautes nous permettent de repérer des sujets dont nous n’avons pas senti l’impact au premier abord.

J’ai vécu un exemple cette semaine, avec le décès d’un prêtre ouvrier de Saint-Malo, le père Paul Boulay. Ce n’est pas le genre d’info qui fait bondir un journaliste web au premier abord. Ce n’est ni lol, ni wtf (je mets les définitions pour ma mère). Et pourtant, la brève mise en ligne le jour du décès, le petit papier qui l’a suivie en soirée, et l’article du lendemain ont provoqué une dizaine de réactions spontanées, ce qui est important pour un site comme Saint-Malo.maville.com (entre 2 500 et 3 000 visiteurs uniques par jour, hors saison !). C’est l’info la plus commentée sur Saint-Malo.

De plus, la teneur des réactions montrent bien que cette info est primordiale sur le plan hyperlocal. Dans le quartier de la Découverte, à Saint-Malo, cette disparition devait être au centre des conversations. Détail intéressant, les gens venant réagir sur le site étaient visiblement au courant de la mort de Paul Boulay avant de venir sur le site… On n’est pas seulement là pour informer…

Je n’ai pas spécialement rebondi sur cette info (était-ce d’ailleurs nécessaire ?), car je n’avais le temps. Je m’assurerai par contre d’avoir un compte-rendu des obsèques.

Tout ça n’est évidemment pas neuf, la hiérachisation du contenu par les recommandations est peut-être aussi vieille que le web, et de nombreux sites l’utilisent (LePost, VDM, Dailymotion…). Mais pour le journaliste web gérant à distance plusieurs réseaux locaux, il y a là un excellent outil de veille pour capter l’air du temps de chaque zone. »

Erwan Alix – journaliste Maville

Source : blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s