Le groupe Spir doit’il abandonner ses activités print ?

Alors que le groupe Spir se renforce sur le web via  un accord stratégique avec Google, devenant une Régie Locale Google AdWords en France, son activité papier périclite. On peut bien sur se demander au passage ce qui peut pousser un groupe de presse aussi puissant à faire le jeu de son concurrent direct au lieu de créer son propre outil publicitaire local comme l’on fait le Houston Chronicle et le Boston Globe via PaperG  qui vient d’annoncer un deal avec la compagnie Hearst Newspapers, portant sur une quinzaine de nouveaux sites, dont celui du San Francisco Gate.

Les groupes de presse locaux ont trop longtemps pensés que leur zone de chalandise était une chasse gardée. Pagesjaunes ou Google ne l’entendent pas de cette oreille. Ils ont depuis longtemps intégré que le marché publicitaire de demain sera local.

Le directeur général de Pages Jaunes déclare Jean-Pierre Remy « L’objectif est de devenir numéro un de l’information et de la publicité locales » et affirme sa volonté  de passer d’une image et d’une activité de pur annuaire à un média de référence dans le domaine de la vie locale.

Dans le même temps le « Polar Capital Group », l’entreprise d’investissement du Président des opérations en Amérique et Vice Président de Google, Tim Armstrong, décide d’investir dans le local en prenant une participation majoritaire dans Patch . Patch est une plateforme de médias hyperlocaux animée par des journalistes professionnels dont l’intention est de s’étendre sur tout le territoire des Etats Unis. Google quant à lui  s’intéresse à la publicité locale aux Etats-Unis. Le moteur de recherche teste actuellement Local Listing Ads, une interface simplifiée visant les TPE et PME.

Le loup est dans la bergerie.

Le groupe avait annoncé en décembre un plan de restructuration prévoyant la suppression de 85 postes sur son activité de presse gratuite d’annonces dans un « contexte économique particulièrement dégradé ». Spir Communication détient des activités de presse gratuite d’annonces en France et à l’étranger (Top-Annonces, Logic-Immo, La Centrale, leboncoin.fr…)

Le groupe Spir a enregistré une baisse de son chiffre d’affaires de 11% au premier semestre 2009 pour un résultat net de 4,6 millions d’Euros contre 34,4 M d’Euros au premier semestre 2008. Le groupe met dans le même temps en oeuvre un Plan de restructuration dans la Presse Gratuite d’Annonces, afin de rationaliser le réseau d’agences locales Topannonces.fr, et un autre dans l’activité pré-presse dans l’Imprimerie.

Dans un contexte économique morose, face à la concurrence impitoyable du web sur le secteur des petites annonces, la fin du support papier est clairement annoncée.

Spir qui a musclé son pôle web via le lancemement par exemple sur site Bonnes promo doit se poser la question de sa restructuration autour de son activité la plus profitable et la plus prometteuse : le web. Si cette option stratégique venait à voir le jour c’est tout le groupe Ouest France, mais audelà toute la presse française qui en tirerait les conséquences pour les années à venir.

About these ads

Une réflexion sur “Le groupe Spir doit’il abandonner ses activités print ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s